Deux centrales nucléaires font l’objet d’intrusions le même jour

http://www.lemonde.fr/planete/article/2012/05/02/un-militant-de-greenpeace-s-introduit-dans-une-centrale-nucleaire_1693892_3244.html

Le Monde.fr avec AFP | 02.05.2012 à 08h52 • Mis à jour le 02.05.2012 à 14h28

 

Un militant de Greenpeace survole la centrale du Bugey, dans l'Ain, le mercredi 2 mai au matin.

 

Deux intrusions survenues à quelques heures d’intervalle, le jour où les deux finalistes de la présidentielle débattent en direct à la télévision, sont venuesreplacer mercredi 2 mai la question du nucléaire au cœur de la campagne.

Un militant de Greenpeace est parvenu à survoler mercredi matin à bord d’un paramoteur la centrale du Bugey, à Saint-Vulbas, dans l’Ain, a annoncé l’organisation écologiste dans un communiqué. “Il a réussi à déposer des fumigènes sur l’un des réacteurs et a atterri à l’intérieur du site”, précise Greenpeace, qui y voit l’illustration de “la vulnérabilité des installations nucléaires à la menace aérienne”. Le pilote a été “immédiatement repéré et interpellé” par la gendarmerie. “Il a été placé en garde à vue pour infraction au survol d’une centrale nucléaire et pénétration dans le périmètre de sécurité”, précisent les gendarmes, qui ont également interpellé un second militant, cette fois à l’extérieur du site. Cette seconde personne “pourrait avoir servi de guide au pilote de l’engin” estime la gendarmerie.

Quelques heures plus tard, le “poète-escaladeur” Hervé Couasnon, connu pouravoir approché de près en 2002 l’ancien premier ministre Jean-Pierre Raffarin à la tribune de l’Assemblée nationale, a pénétré mercredi dans l’enceinte de la centrale nucléaire de Civeaux (Vienne). “Un individu a déjoué la surveillance des vigiles d’entrée. (…) Il était toujours sur site” à 13 h 45, a-t-on appris auprès de la gendarmerie. L’AFP de son côté a reçu un appel téléphonique de l’auteur de l’intrusion, Hervé Couasnon, indiquant qu’il se trouvait dans le périmètre de sécurité de la centrale.

Lire notre récit Les hors-la-loi de Greenpeace

“GREENPEACE N’A RIEN DÉMONTRÉ”

Les motivations d’Hervé Couasnon ne sont pas encore connues, mais l’opération de Greenpeace est, elle, l’occasion de replacer la question du nucléaire dans la campagne, le jour du débat télévisé entre François Hollande et Nicolas Sarkozy.“A quatre jours du second tour de l’élection présidentielle, Greenpeace interpelle les deux candidats finalistes, afin qu’ils s’engagent à lancer une analyse approfondie des risques d’agressions extérieures d’origine humaine sur les centrales nucléaires, dont la chute d’avion fait partie”, explique l’organisation. “La chute d’un avion de ligne sur une centrale nucléaire, jugée peu probable par les autorités de contrôle, n’a jamais été prise en compte ni dans la conception, ni durant l’exploitation de nos installations”, continue Greenpeace.

Le directeur de la centrale du Bugey, Alain Litaudon, estime cependant que“Greenpeace n’a rien démontré” en termes de failles mais, au contraire, montré que le “dispositif de protection est efficace”“L’interpellation a eu lieu en huit minutes” après la détection, a-t-il souligné. Le sous-préfet de l’Ain, Emmanuel Dupuis, a renchéri : cet épisode “a montré une excellente réactivité des services, et une parfaite coordination entre l’exploitant, EDF, et les forces de gendarmerie”, selon lui. Une quarantaine de militaires ont été mobilisés, dont la moitié appartiennent au peloton spécialisé dans la protection de la centrale, selon la gendarmerie.

THÈME DE CAMPAGNE

Sur la question du nucléaire, les positions des candidats divergent. François Hollande souhaite une diminution de la part du nucléaire dans la production électrique française pour qu’elle soit abaissée à 50 % en 2025, contre 75 % aujourd’hui. Le candidat socialiste souhaite également la fermeture de la centrale de Fessenheim, dans le Haut-Rhin, contrairement à Nicolas Sarkozy, le président-candidat de l’UMP, qui souhaite en outre maintenir la part du nucléaire dans la production électrique et met en avant l’“indépendance énergétique de la France“.

En décembre 2011, déjà, des militants de Greenpeace, qui voulait illustrer les failles de la sécurité des installations nucléaires, avaient réussi à s’introduire dans les centrales de Nogent-sur-Seine (Aube) et de Cruas (Ardèche).

Responder

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Cerrar sesión / Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Cerrar sesión / Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Cerrar sesión / Cambiar )

Google+ photo

Estás comentando usando tu cuenta de Google+. Cerrar sesión / Cambiar )

Conectando a %s